Il faisait encore frais, le soleil montait dans le bleu du ciel gorgé d’étoiles à la fin de l’aube. Le temps de faire un thé, elles s’étaient perdues.

De tout temps, les grands défis sont lancés à la pensée. Y a-t-il un atome de la conscience? Et selon l’interlocuteur, la connaissance et la perception ne seront pas les mêmes. On pourrait sentir de la compassion dans la question pour que nous grandir ne soit jamais perdu. On pourrait aussi s’attendre à de l’ironie, celle qui masque l’anxiété, le courage et l’audace et vire du côté de la désinvolture. La conscience… celle de l’intranquilité, de l’ensorcellement.

Jean Philippe Kempf